Paraguay : le gouvernement sommé de protéger une tribu isolée

Entrer en contact avec le monde extérieur a été une expérience particulièrement traumatisante pour de nombreux Ayoreo-Totobiegosode. Ils ont ainsi été exposés à des maladies mortelles.
Entrer en contact avec le monde extérieur a été une expérience particulièrement traumatisante pour de nombreux Ayoreo-Totobiegosode. Ils ont ainsi été exposés à des maladies mortelles.

© Survival

La Commission interaméricaine des droits de l’homme a sommé le gouvernement paraguayen de protéger une tribu isolée afin qu’elle ne soit pas décimée.

Lors d’un jugement exceptionnel, la Commission, qui fait partie de l’OEA (Organisation des Etats Américains), a demandé à ce que les autorités paraguayennes prennent des mesures pour empêcher que les éleveurs de bétail ne détruisent la forêt du Chaco. Elle est l’une des zones les plus riches en biodiversité et abrite la dernière tribu qui vit de manière isolée en dehors du bassin amazonien.

La région connaît actuellement le taux de déforestation le plus élevé au monde. On estime que 14 millions d’arbres y sont abattus chaque mois.

Les Indiens ayoreo-totobiegosode vivent sous la menace des éleveurs, qui ont détruit leur territoire en très peu de temps et ont forcé nombre d’entre eux à quitter leur forêt, où ils meurent d’une mystérieuse maladie apparentée à la tuberculose.

Un Indien ayoreo a raconté à Survival : ‘Nos frères ont dû sortir de la forêt en 2004 à cause de la pression exercée par les éleveurs. Ils ne pouvaient pas vivre en paix. Lorsque les bulldozers commencent à faire du bruit, les membres isolés de notre communauté sont forcés de se cacher à des endroits où ils ne trouvent pas de nourriture et ils souffrent. Nous voulons continuer à vivre de la forêt et nous souhaitons que les éleveurs arrêtent d’harceler nos frères et nos sœurs qui y vivent toujours.’

Des images satellite montrent que les Indiens isolés vivent sur un îlot de forêt qui rétrécit au fur et à mesure que les éleveurs gagnent du terrain.

Les tribus isolées sont les peuples les plus vulnérables de la planète. Des populations entières sont décimées par la violence de personnes étrangères à leurs communautés qui volent leurs terres et leurs ressources ainsi que par des maladies telles que la grippe ou la rougeole contre lesquelles elles n’ont aucune immunité.

Tous les peuples isolés encourent la catastrophe tant que leurs territoires ne sont pas protégés. Survival International, le mouvement mondial pour les droits des peuples indigènes, continuera de faire pression sur le gouvernement paraguayen afin de protéger la terre qui leur appartient de plein droit. Ainsi seulement ils auront l’opportunité de déterminer leur propre avenir.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré : ‘Il est encourageant de constater que la Commission interaméricaine a pris cette position, mais nous n’aurons pas l’esprit tranquille tant que le gouvernement n’aura pas pris de mesures concrètes pour protéger les Ayoreo et leur territoire. La tribu a terriblement souffert ces dernières décennies. Leurs terres ancestrales ont été détruites et ils ont été forcés à changer de mode de vie. Cela a engendré des conséquences tragiques et la mort de membres de leur communauté – ce qui arrive fréquemment dans de telles circonstances. Faire en sorte que la décision de la Commission soit appliquée est un impératif humanitaire, tout comme le fait que les Ayoreo aient l’opportunité de décider de leur propre avenir plutôt que de voir leurs vies détruites par des personnes étrangères à leur communauté.’