JO 2016 : Survival appelle à mettre fin au génocide des peuples autochtones du Brésil

Les Guarani Kaiowá ont le taux de suicide le plus élevé au monde. Leurs terres leur ont été spoliées et ils survivent dans des conditions déplorables.
Les Guarani Kaiowá ont le taux de suicide le plus élevé au monde. Leurs terres leur ont été spoliées et ils survivent dans des conditions déplorables.

© Fiona Watson/Survival

A l’occasion des Jeux olympiques qui auront lieu cet été à Rio de Janeiro, Survival International, le mouvement mondial pour les droits des peuples autochtones, vient de lancer une campagne pour empêcher l’anéantissement des peuples autochtones au Brésil.

Aujourd’hui est célébrée la ‘journée des peuples autochtones’ au Brésil, une journée qui a pour but de sensibiliser la population aux problématiques rencontrées par les peuples autochtones du pays et de célébrer leurs cultures.

Malgré le chaos politique qui règne actuellement au Brésil, la campagne a pour objectif d’attirer l’attention sur les graves violations des droits humains et les menaces qui pèsent sur les communautés. Ces menaces persistent indépendamment de l’instabilité politique du pays.

La campagne vise principalement à protéger les Indiens isolés d’Amazonie, tels que les Kawahiva et à mettre fin à la violence perpétrée à l’encontre des Guarani, au vol de leurs terres et à la proposition d’amendement constitutionnel PEC 215. Ce dernier porterait gravement atteinte aux droits territoriaux des peuples autochtones et aurait pour eux des conséquences désastreuses.

Pendant des décennies, Survival a mené campagne en faveur des peuples autochtones isolés – qui seraient près d’une centaine au Brésil. Ce sont les peuples les plus vulnérables de la planète. Des peuples isolés comme les Kawahiva sont décimés par la violence commise à leur encontre par des personnes étrangères à leurs communautés qui leur volent leurs terres et leurs ressources, ainsi que par des maladies comme la grippe et la rougeole contre lesquelles ils ne possèdent aucune immunité.

La tribu isolée des Kawahiva risque d'être décimée par la violence et les maladies.
La tribu isolée des Kawahiva risque d'être décimée par la violence et les maladies.

© FUNAI

Dans le sud du Brésil, les éleveurs ont dévasté le territoire des Guarani, et se sont accaparés la quasi-totalité de leurs terres. Les enfants guarani meurent de faim et les leaders sont assassinés, un à un, par des hommes armés à la solde des éleveurs. Des centaines d’hommes, de femmes et d’enfants guarani se sont suicidés.

Si l’amendement PEC 215 était adopté, il permettrait aux propriétaires terriens d’empêcher la reconnaissance de nouveaux territoires autochtones. Il pourrait même leur permettre d’obtenir le fractionnement des territoires déjà démarqués. Cette disposition menacerait l’existence de nombreux peuples qui dépendent de leurs terres ancestrales pour survivre. Elle porterait ainsi un coup fatal à leurs droits fondamentaux.

Pour Survival, ces graves atteintes aux droits humains risquent de mener à un véritable génocide des peuples autochtones brésiliens. Des mesures doivent être mises en place urgemment pour mettre fin à une telle situation.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui: ‘Depuis des siècles, les peuples autochtones du continent américain sont progressivement anéantis. Cela ne peut plus durer. Au lieu de considérer les peuples autochtones comme des obstacles gênants au ‘progrès’, le Brésil doit plutôt reconnaître qu’ils font partie intégrante du pays et qu’ils méritent de voir leurs droits territoriaux respectés afin de pouvoir survivre et prospérer. Indépendamment de la crise politique, ces questions sont primordiales et les autorités doivent les aborder sérieusement. A l’heure où il s’apprête à accueillir les Jeux olympiques, tous les regards sont tournés vers le Brésil. Il appartient aux brésiliens de marquer l’histoire en ne permettant pas l’anéantissement de ces peuples.’