Innu

Comment vivent-ils ?

Leur territoire traditionnel, qu’ils occupent depuis des millénaires, est une vaste région subarctique de forêts de conifères, de lacs, de rivières et de rochers ‘stériles’ qu’ils appellent Nitassinan.

Jusqu’à la seconde moitié du XXe siècle ils étaient des chasseurs nomades. La plus grande partie de l’année les cours d’eau de Nitassinan sont gelés et ils devaient se déplacer en petits groupes de deux ou trois familles, sur des raquettes à neige, poussant des traîneaux.

A la fonte des glaces ils se rendaient en canoë sur la côte ou sur une grande île lacustre pour pêcher, commercer, retrouver leurs parents et amis. Ils chassaient l’ours, le castor et le porc-épic, pêchaient et cueillaient des baies mais ils dépendaient aussi des troupeaux de caribous qui migrent à travers leur territoire au printemps et à l’automne.

Jusqu’à très récemment, les Innu obtenaient tout ce dont ils avaient besoin (nourriture, habillement, abris, outils, armes) du caribou, animal d’une très grande importance culturelle pour eux.

A présent, de nombreux Innu ont été sédentarisés dans des villages. Bien que nombre d’Innu retournent au nutshimit (au pays) pour chasser, pêcher et pratiquer la cueillette, tout particulièrement au printemps et à l’automne, la majorité d’entre eux a un travail salarié ou dépend de l’aide sociale.

A quels problèmes sont-ils confrontés ?

Durant les années 1950 et 1960, les Innu nomades subirent les pressions du gouvernement canadien et de l’Église catholique pour se fixer dans des villages.

La transition pour eux fut difficile et traumatisante. La vie sédentaire en communautés est marquée par un haut degré d’alcoolisme, de drogue (reniflement d’essence) chez les enfants, de violences et un taux record de suicides.

Il devient de plus en plus difficile pour les Innu de réaliser leur souhait de passer du temps au nutshimit car le gouvernement attribue des concessions minières sur leurs terres, inonde le cœur de leur territoire pour la construction d’usines hydro-électriques et construit des routes.

La commission des Droits de l’Homme de l’ONU a décrit la situation des peuples autochtones comme posant ‘la question la plus urgente au gouvernement canadien’ et condamné le Canada pour avoir ‘supprimé’ les droits des peuples autochtones.

La campagne de Survival

Survival mène une campagne pour que le gouvernement canadien révise son mode de négociations avec les Innu et d’autres groupes semblables alors qu’actuellement il ne reconnaît les droits territoriaux des Innu que si ceux-ci acceptent d’abandonner la plus grande partie de leur territoire.

Le Canada doit reconnaître les droits des Innu sur leur propre terre et celui d’y vivre selon leur propre choix.

Je veux agir

  • Cliquez ici pour faire un don à Survival
  • Cliquez ici pour adhérer à Survival
  • Cliquez ici pour écrire à votre député sur la situation des Innu
  • Cliquez ici pour écrire à l’ambassade du Canada