Ogiek

Ceux qui vivent dans la forêt profonde ne pratiquent que la chasse et la cueillette mais la majorité cultivent des légumes et élèvent du bétail.

Traditionnellement, ils chassaient les antilopes et les porcs sauvages, ce qui est devenu illégal. Ils cueillent des plantes sauvages et recueillent le miel des ruches aménagées dans des tronçons d’arbres creux qu’ils placent dans les branches élevées des arbres.

Ces arbres, situés à des hauteurs variées sur les flancs des montagnes, fleurissent à différentes époques ce qui permet aux Ogiek de récolter le miel toute l’année; son goût varie selon le moment et le lieu où il a été recueilli.

Le miel occupe une place importante chez les Ogiek, il est utilisé comme aliment, pour fabriquer la bière et pour commercer avec des populations voisines, hors de la forêt.

Les gardiens des ruches

De nouvelles mesures de conservation menacent les Ogiek du Kenya. Ils risquent d’être expulsés de leur territoire ancestral.

Dès les débuts de l’ère coloniale, il y eut des tentatives pour chasser les Ogiek de leur forêt ancestrale, sous prétexte qu’ils la dégradaient.

Cependant, le départ des Ogiek ne protège pas leur forêt qui est livrée à l’exploitation forestière et aux plantations de thé, parfois propriétés de fonctionnaires du gouvernement.

Dans certaines régions de la forêt mau, des groupes d’Ogiek résistent à l’expulsion mais d’autres doivent faire face à l’afflux de colons sur leurs terres.

Ogiek, Kenya.


© Survival

La plus grande menace qui pèse sur eux actuellement vient du projet gouvernemental de concéder environ un dixième des forêts du Kenya (dont la plus grande partie est située dans la forêt mau) à des exploitants extérieurs.

Ce qui ouvrira la voie à un afflux de colons, de coupeurs de bois et de planteurs de thé.

La campagne de Survival

Survival mène actuellement une campagne de soutien à la lutte des Ogiek pour empêcher que leur forêt ne soit cédée à des colons et à des intérêts commerciaux qui la détruiraient et priveraient les autochtones de leur terre et de leurs moyens d’existence.

Je veux agir