Le gouvernement indien abandonne une « dangereuse » loi forestière suite à un tollé

Les Baiga sont l’un des peuples qui auraient été affectés par les projets du gouvernement indien.

Les Baiga sont l’un des peuples qui auraient été affectés par les projets du gouvernement indien.

© Survival

Face à l’indignation nationale et internationale, le gouvernement indien a abandonné un projet de loi qui aurait militarisé ses forêts et les aurait ouvertes à l’exploitation commerciale.

Le projet du gouvernement, qui était initialement secret, a été développé avec la participation du PDG du WWF-Inde, Ravi Singh. Mais il a été divulgué en mars, ce qui a provoqué des protestations en Inde et une campagne internationale menée par Survival International.

D’après ces propositions, les gardes forestiers auraient été armés et auraient joui d’une quasi-immunité contre toutes poursuites ; n’importe quelle forêt aurait pu être remise à des intérêts privés après l’expulsion des habitants autochtones ; la vie de millions de personnes autochtones et tribales vivant dans la forêt serait devenue impossible.

Le projet a donné lieu à des manifestations en Inde, et des milliers de sympathisants de Survival ont protesté contre le projet de loi auprès des autorités indiennes.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : « Le gouvernement indien, conseillé par le WWF-Inde, voulait dépouiller des millions de personnes autochtones et tribales de leurs droits et donner des pouvoirs extraordinaires aux gardes forestiers — leur permettant de tuer des gens en toute impunité. Des milliers de personnes ont protesté en Inde et à l’échelle internationale, et les peuples autochtones ont maintenant remporté une grande victoire en faisant abandonner ce plan. À moins qu’il ne cesse dès maintenant d’abuser les droits humains et de détruire la diversité humaine, le mouvement de conservation de la nature est en train de semer les graines de sa propre destruction. »