E-mail urgent

Demandez au WWF d’arrêter de financer les abus perpétrés dans le bassin du Congo

© Edmond Dounias/Survival

Les “Pygmées” baka et bayaka du bassin du Congo sont expulsés de force de leurs terres ancestrales au nom de la protection de la nature. Les mesures de régulation de la chasse les criminalisent car ils sont assimilés à des “braconniers” lorsqu’ils chassent pour nourrir leurs familles. Les Baka et Bayaka n’ont pas donné leur consentement à ces projets que le Fonds mondial pour la nature (WWF) continue pourtant de soutenir.

Les Baka et Bayaka, ainsi que des dizaines d’autres peuples autochtones de la forêt tropicale du Cameroun, de la République centrafricaine et de la République du Congo, sont confrontés à des arrestations, de la torture et à la mort de la part de patrouilles anti-braconnage financées par le WWF.

Plus de quinze ans après avoir pris connaissance des exactions commises par les patrouilles camerounaises à l’encontre des Baka, le WWF n’a toujours pas pris de mesures efficaces pour y mettre un terme – comme nous l’expliquons dans notre plainte officielle.

Envoyez un courriel au directeur général du WWF pour lui demander de cesser le financement des abus perpétrés par les équipes anti-braconnage et de respecter ses engagements en matière de droits de l’homme.

E-mails envoyés :  Aidez-nous à obtenir 20.000 emails !



A: Monsieur Marco Lambertini

Target email addresses:[email protected]

CC email addresses: [email protected]

Monsieur Lambertini,

Monsieur,

J'ai été extrêmement préoccupé d'apprendre que les "Pygmées" baka et bayaka, ainsi que leurs voisins au Cameroun, en République centrafricaine et en République du Congo, sont régulièrement victimes de violence et d'intimidation de la part des patrouilles anti-braconnage financées par le WWF.

Il est de la responsabilité du WWF de s'assurer que ces fonds ne soient pas employés pour porter atteinte aux droits des Baka, des Bayaka et de leurs voisins.

Je tiens également à vous exprimer ma plus grande inquiétude concernant le fait que le WWF continue de soutenir la création de zones protégées ainsi que la mise en place de mesures de restriction sur la chasse de subsistance sur le territoire des Baka et des Bayaka sans leur consentement. L'organisation viole ainsi ses propres principes relatifs aux peuples autochtones.

Je vous prie instamment de prendre toutes les mesures nécessaires afin d'assurer que les fonds du WWF ne soient pas utilisés pour financer de tels abus et qu'il respecte ses propres principes pour la protection de l'environnement et des peuples autochtones lors de la mise en place de projets dans ces trois pays.

Dans cet espoir, je vous prie d'agréer, Monsieur, mes meilleurs sentiments.