Ce que le président du Brésil, Jair Bolsonaro, a dit des peuples autochtones du Brésil

 
Jair Bolsonaro a fait de nombreuses remarques racistes et offensantes au sujet des peuples autochtones au Brésil, et ce depuis très longtemps. En voici une sélection.

Jair Bolsonaro, un homme politique d’extrême-droite, nationaliste, a été élu à la présidence du Brésil. Il a pris ses fonctions le 1er Janvier 2019.

Ancien capitaine de l’armée, il a fait de nombreuses remarques racistes et offensantes à l’encontre des peuples autochtones au Brésil, et ce depuis très longtemps. Voici une sélection.


Sur l’éradication des « Indiens »

“Pena que a cavalaria brasileira não tenha sido tão eficiente quanto a americana, que exterminou os índios”

« Quel dommage que la cavalerie brésilienne ne se soit pas montrée aussi efficace que les Américains. Eux, ils ont exterminé leurs Indiens. » Correio Braziliense, 12 avril 1998

© Survival



Commentaires racistes

“Os índios não falam nossa língua, não têm dinheiro, não têm cultura. São povos nativos. Como eles conseguem ter 13% do território nacional”

« Les Indiens ne parlent pas notre langue, ils n’ont pas d’argent, ils n’ont pas de culture. Ce sont des peuples autochtones. Comment ont-ils réussi à obtenir 13% du territoire national »

Campo Grande News, 22 avril 2015



Sur les peuples autochtones comme obstacles à l’extraction minière et à l’agro-industrie

“Não tem terra indígena onde não têm minerais. Ouro, estanho e magnésio estão nessas terras, especialmente na Amazônia, a área mais rica do mundo. Não entro nessa balela de defender terra pra índio”

« Il n’y a pas de terres autochtones où il n’y a pas de minerais. L’or, l’étain et le magnésium sont dans ces terres, en particulier en Amazonie, la zone la plus riche au monde. Je n’entrerai pas dans cette manie de défendre la terre pour les Indiens »

Campo Grande News, 22 avril 2015

“[reservas indigenas] sufocam o agronegócio. No Brasil não se consegue diminuir um metro quadrado de terra indígena”

« [les réserves autochtones] sont un frein à l’industrie agroalimentaire. Au Brésil on ne peut pas réduire les terres autochtones d’un seul mètre carré »

Campo Grande News, 22 avril 2015


Sur la délimitation des territoires autochtones

“Eu já briguei com o Jarbas Passarinho aqui dentro. Briguei em um crime de lesa-Pátria que ele cometeu ao demarcar a reserva Ianomâmi. Criminoso.”

« Je me suis battu avec Jarbas Passarinho [ancien ministre de la Justice] ici-même. Je me suis battu avec lui à cause de la trahison qu’il a commise en démarquant la réserve Yanomami. Criminel. »

Entretien avec Marcelo Godoy, 2 avril 2017


“Não vai ter um centímetro demarcado para reserva indígena ou para quilombola”

« Pas un centimètre ne sera démarqué en tant que réserve autochtone ou quilombola [territoire destiné aux descendants des communautés d’esclaves africains]. »

Club hébraïque, Rio de Janeiro, 3 avril 2017

“Pode ter certeza que se eu chegar lá (Presidência da República) não vai ter dinheiro pra ONG. Se depender de mim, todo cidadão vai ter uma arma de fogo dentro de casa. Não vai ter um centímetro demarcado para reserva indígena ou para quilombola.”

« Soyez certains qui si j’y arrive [à la Présidence de la République] il n’y aura pas de sous pour les ONG. Si cela dépend de moi, chaque citoyen aura une arme à feu chez soi. Pas un centimètre ne sera démarqué en tant que réserve autochtone ou quilombola. »

Estadão, 3 avril 2017

“Se eu assumir [a Presidência do Brasil] não terá mais um centímetro para terra indígena”

« Si je deviens président, il n’y aura pas un centimètre supplémentaire de terre autochtone. »

Dourados, Mato Grosso do Sul, 8 février 2018

Il s’est par la suite rétracté et a précisé qu’il voulait dire « pas un millimètre » dans cet entretien avec Globo News, 3 août 2018 (à 01:23:30)

“essa política unilateral de demarcar a terra indígena por parte do Executivo vai deixar de existir, a reserva que eu puder diminuir o tamanho dela eu farei isso aí. É uma briga muito grande que você vai brigar com a ONU”

« Cette politique unilatérale de démarcation des terres autochtones par le pouvoir exécutif cessera d’exister. Sur toute réserve que je peux réduire, je le ferai. C’est une grosse bataille que nous allons mener contre l’ONU »

Vidéo de Correio do Estado, 10 juin 2016


Sur l’abolition des territoires autochtones existantes

“Em 2019 vamos desmarcar [a reserva indígena] Raposa Serra do Sol. Vamos dar fuzil e armas a todos os fazendeiros”

« En 2019, nous allons mettre en pièces la réserve autochtone de Raposa Serra do Sol [territoire autochtone à Roraima, nord du Brésil]. Nous allons donner des armes à tous les éleveurs de bétail »

Au Congrès, publié en ligne le 21 janvier 2016


Sur l’intégration forcée des peuples autochtones

“Vamos integrá-los à sociedade. Como o Exército faz um trabalho maravilhoso tocante a isso, incorporando índios, tá certo, às Forças Armadas”

« Nous allons les intégrer à la société. Comme l’armée qui a fait du beau travail à ce sujet, en incorporant les Indiens dans les forces armées. »

Globo News, 3 août 2018 (à 1:25:33)


Sur le démantèlement de la FUNAI (département des affaires autochtones du Brésil)

“Se eleito eu vou dar uma foiçada na FUNAI, mas uma foiçada no pescoço. Não tem outro caminho. Não serve mais.”

« Si je suis élu, je porterai un coup à la FUNAI – un coup à la nuque. Il n’y a pas d’alternative. Elle est devenue inutile. »

Espírito Santo, 1er août 2018, cité sur le site internet de Indigenistas Associados

Déclaration de Survival suite à l'élection de Jair Bolsonaro
Déclaration de Survival suite à l'élection de Jair Bolsonaro
© Survival