Arrêtez le carbone de sang sur les terres autochtones

Écrivez un mail à Verra, l’une des plus grandes sociétés de certification de crédits de carbone au monde, pour lui demander de retirer la certification des crédits de carbone de sang du NRT.

Envoyez un mail maintenant

Depuis la création du premier parc national aux États-Unis il y a 150 ans, des “Aires protégées” ont été créées par les colonisateurs et les élites qui ont volé les terres des peuples autochtones et des communautés locales – au nom de la “conservation”. Aujourd'hui, malgré les terribles violations des droits humains commises dans ces zones, et en l'absence de preuves solides attestant qu'elles contribuent à enrayer la perte de biodiversité, les grandes ONG de conservation (telles que WWF et WCS) continuent de présenter les Aires protégées comme la "solution" aux problèmes environnementaux bien réels auxquels nous sommes confrontés.

Labellisées “Solutions fondées sur la Nature” (SfN), les Aires protégées sont désormais proposées comme moyen d'atténuer le changement climatique. On prétend que les Aires protégées peuvent “protéger” contre la déforestation et d'autres activités qui libèrent du carbone et qu'elles pourraient donc être utilisées pour “compenser” les émissions de carbone produites ailleurs. En pratique, cela signifie que les Aires protégées peuvent être utilisées pour générer des "crédits carbone" que les pollueurs – qu’ils soient des entreprises, des gouvernements ou des particuliers – peuvent acheter sur les marchés pour “compenser” leurs émissions. En théorie, tout le monde est gagnant : plus il y a d'Aires protégées, plus le changement climatique est atténué. La biodiversité et le climat sont tous les deux sauvés !

Mais la réalité est bien différente.

Ces personnes ont vendu notre air.
Emanuel, peuple rendille, nord du Kenya

La vente de crédits carbone issus des Aires protégées sera un désastre pour les humains et le climat. Elle regroupe toutes les violations des droits humains causées par la conservation-forteresse et tous les problèmes environnementaux liés au greenwashing. 

Elle tue des gens. Le modèle de conservation le plus courant est la “conservation-forteresse”, qui repose sur l'exclusion des populations autochtones et locales de leurs terres. Des organisations de défense des droits humains, des enquêtes indépendantes et, de plus en plus souvent, des enquêtes gouvernementales ont depuis de nombreuses années clairement démontré que la création d’Aires protégées, notamment en Afrique et en Asie, s'accompagne d'une militarisation et d'une violence accrues. Elles sont imposées sans le consentement des habitants d'origine, des communautés autochtones ou locales, qui perdent leurs terres ancestrales et sont torturés, violés ou tués simplement s'ils tentent d'y accéder. Les Aires protégées détruisent les meilleurs gardiens du monde naturel, les peuples autochtones, sur les terres desquels se trouve 80 % de la biodiversité mondiale.

L'expérience montre que les millions tirés des crédits carbone n'iront pas aux communautés sur les terres desquelles le carbone est absorbé ou stocké. Le développement de projets de compensation carbone dans des Aires protégées augmentera massivement le financement de l'industrie de la conservation, ce qui alimentera probablement une expansion et une militarisation considérables des Aires protégées. En pratique, l'argent censé servir à “atténuer les effets du changement climatique” sera utilisé pour expulser des personnes de leurs terres et financer les salaires des gardes forestiers et les équipements militaires utilisés pour commettre des violations des droits humains contre les peuples autochtones.

La vente de crédits carbone tue l'environnement et peut même aggraver le changement climatique : la majorité des programmes de compensation des émissions de carbone fondés sur la nature ne sont que des arnaques de greenwashing, appelé aussi écoblanchiment. De nombreuses enquêtes sur les projets de compensation qui prétendent sauver des forêts ou d'autres écosystèmes ont montré qu'en réalité ils ne contribuent que très peu, voire pas du tout, à empêcher les émissions de carbone ou à stocker du carbone supplémentaire. Les crédits de compensation vendus dans le cadre de ces projets sont créés par un système de “comptabilité du carbone” frauduleux, par exemple en affirmant qu'une zone aurait très rapidement été détruite sans le projet de réduction des émissions de carbone, alors qu'elle n'était pas réellement menacée. Selon une étude scientifique récente, plus de 90 % des crédits de compensation pour les forêts tropicales ne contribuent en rien à la réduction des émissions de carbone. Dans d'autres cas, des projets censés empêcher la déforestation dans une zone ont simplement entraîné l'abattage d'arbres et la libération de carbone ailleurs, sans aucun avantage pour le climat. Comme pour les zones de conservation-forteresse, les cibles les plus faciles des projets de compensation carbone sont les terres des communautés autochtones et locales, dont les modes de vie sont, paradoxalement, souvent accusés d'exacerber le changement climatique. Les entreprises polluantes qui achètent les crédits sans valeur de ces projets prétendent être “neutres en carbone” alors qu'elles continuent à rejeter du carbone dans l'atmosphère. On dit au grand public que le problème est résolu, que la surconsommation continue peut être respectueuse du climat et qu'aucun changement n'est nécessaire. Pendant ce temps, le réchauffement de la planète s'aggrave, et les incendies de forêts et la désertification se propagent.

La vente de crédits carbone tue la justice. Les grandes ONG de conservation qui tirent profit de ces projets de crédits carbone s'associent aux entreprises les plus polluantes du monde, qui utilisent la compensation pour éviter d'avoir à réduire leurs émissions. Suite à la pression internationale, une grande partie de l'argent public destiné à l'industrie de la conservation fait dorénavant l’objet d’une surveillance accrue. Une nouvelle législation est en train d’être mise en place pour empêcher que l'argent du contribuable ne finance des violations des droits humains au nom de la conservation. Les nouveaux fonds provenant de la compensation des émissions carbone ne seront cependant pas couverts par ces nouvelles normes législatives. Cela permettra à l'industrie de la conservation de continuer à violer les droits des peuples autochtones et des communautés locales, qui sont pourtant les moins responsables du changement climatique.

 

La nature fait l'objet d'un commerce. L'eau est maintenant vendue, tout comme la forêt, l'air et la Terre
Ninawa Huni Kui, peuple huni kui, Brésil


La compensation par les crédits carbone fait partie d'un nouveau courant de marchandisation de la nature. Ces projets fixent un prix à la nature, traitant les terres des communautés autochtones et locales comme un stock de carbone à échanger sur le marché afin que les pollueurs puissent continuer à polluer, que l'industrie de la conservation puisse mettre la main sur des milliards de dollars et que les spéculateurs puissent en tirer des profits. Les peuples autochtones et les communautés locales se retrouvent ainsi dépossédés et privés de leurs moyens de subsistance. Les mécanismes de compensation des SfN sont du colonialisme par le carbone et n'arrêteront pas la crise climatique.

Survival fait campagne pour mettre fin aux projets de compensation carbone dans les Aires protégées où les droits des peuples autochtones sont violés.

Aidez-nous à arrêter les projets de “carbone de sang” (Blood Carbon) sur les terres autochtones. Le colonialisme par le carbone tue des humains et la planète.

La meilleure façon de protéger notre planète est de reconnaître et de respecter les droits territoriaux des peuples autochtones. 

 

Arrêtez le carbone de sang sur les terres autochtones

Écrivez un mail à Verra, l’une des plus grandes sociétés de certification de crédits de carbone au monde, pour lui demander de retirer la certification des crédits de carbone de sang du NRT.

Envoyez un mail maintenant

 

Survival International est en première ligne dans la lutte contre les fausses solutions au changement climatique qui violent les droits des peuples autochtones et permettent aux multinationales d'éco-blanchir leur image, tout en ne faisant rien pour arrêter la crise climatique. Nous nous opposons également à l'extraction de nickel en Indonésie pour la fabrication de batteries de voitures électriques, qui détruira la vie et les terres des Hongana Manyawa non contactés.

 

Projets "Carbone de sang" ("Blood Carbon") :

NRT :

 

Dans le nord du Kenya, sous prétexte d'établir un nouveau type d’Aires protégées appelées “conservatoires”, une organisation appelée Northern Rangelands Trust (NRT) a pris le contrôle de millions d'hectares de terres. Ces terres sont habitées par de nombreux peuples pastoraux autochtones, tels que les Samburu, les Borana et les Rendille. Le NRT est une initiative de Ian Craig, dont le ranch privé, aujourd'hui transformé en “conservatoire” pour riches touristes, se trouve sur des terres volées aux éleveurs pastoraux. Ces terres ont été données à sa famille, dont les relations avec la famille royale britannique sont bien documentées, par l'ancienne administration coloniale.

Dans le cadre d'un projet de compensation dans la région, lancé en 2013 avec l'aide de l'organisation américaine The Nature Conservancy, le NRT prétend stocker des millions de tonnes supplémentaires de carbone dans le sol en réduisant la "pression" du pâturage des troupeaux des éleveurs pastoraux. L'argument est que le NRT empêche les éleveurs de “surpâturer” et les aide à paître “durablement”, de sorte que la végétation puisse se développer et que davantage de carbone puisse être stocké. Les crédits carbone ainsi obtenus ont été vendus à de grandes entreprises, dont Meta (Facebook) et Netflix.

Mais la réalité est que les éleveurs pastoraux pratiquent le pâturage de manière durable depuis des générations. Les nouvelles pratiques d'élevage imposées par le projet sont sans doute pires que le pâturage traditionnel. Rien ne prouve que du carbone supplémentaire soit stocké ; en réalité, le projet repose sur la destruction de la relation étroite entre les communautés autochtones, leurs troupeaux et l'environnement – cette même relation qui leur a permis de prospérer et de nourrir le paysage riche en faune sauvage. Les gardes armés du NRT, qui patrouillent dans les conservatoires, limitent les zones de pâturage des éleveurs pastoraux, ce qui compromet leur capacité de résister aux effets du changement climatique. Les gardes sont déjà responsables de dizaines de terribles violations des droits humains, notamment de meurtres. Aucun consentement approprié n’a été donné par les communautés pour le projet de compensation carbone. Les millions de dollars déjà gagnés par la vente de crédits carbone seront utilisés pour renforcer le contrôle du NRT sur la région, au détriment de dizaines de milliers d'Autochtones, les personnes les moins responsables du changement climatique.

Arrêtez le carbone de sang sur les terres autochtones

Écrivez un mail à Verra, l’une des plus grandes sociétés de certification de crédits de carbone au monde, pour lui demander de retirer la certification des crédits de carbone de sang du NRT.

Envoyez un mail maintenant

Lisez le rapport complet ou son résumé.

Pour aller plus loin :

 

Vidéos “Voix autochtone” :

 

Partager