Les Sentinelles

Les Sentinelles sont un peuple non contacté qui vit sur l’île North Sentinel, l’une des îles Andaman de l’océan indien. Ils rejettent fermement tout contact avec le monde extérieur.

Pour assurer que leur souhait de rester non contactés soit respecté, Survival fait pression, proteste et s’appuie sur le poids de l’opinion publique.

Si ce souhait n’est pas respecté, toute la tribu pourrait être anéantie par des maladies contre lesquelles ils n’ont aucune immunité.

Agissez ↓   Donnez →

Les Sentinelles

Les Sentinelles ont fait la une des médias au lendemain du tsunami de 2004, lorsqu’un membre de la tribu a été photographié sur une plage en train de tirer des flèches sur un hélicoptère venu leur apporter de l’aide.

Les Sentinelles attaquent tous les étrangers qui s'approchent de leur île.

Les Sentinelles attaquent tous les étrangers qui s'approchent de leur île.
© Indian Coastguard/Survival

Les Sentinelles vivent sur une petite île boisée appelée North Sentinel, qui fait à peu près la taille de l’île de Ré. Ils continuent à refuser tout contact avec des personnes étrangères à la tribu, attaquant ceux qui se risquent à approcher. En 2006, deux pêcheurs indiens qui avaient amarré leur bateau près de North Sentinel pour se reposer après avoir pêché dans ses eaux, ont été tués quand leur bateau s’est détaché et a dérivé vers le rivage. Les braconniers sont connus pour pêcher illégalement dans les eaux autour de l’île, attrapant des tortues et plongeant profondément pour trouver des ‘concombres de mer’ et des homards.

© Survival

La majorité de ce que l’on sait sur les Sentinelles nous vient de ceux qui les ont aperçus à partir de bateaux amarrés à une distance du rivage qui les protégeaient des tirs de flèches et grâce à de très brefs moments où les Sentinelles ont permis aux autorités de se rapprocher assez près pour leur donner quelques noix de coco. Nous ignorons même par quel nom ils désignent leur peuple.

Les Sentinelles chassent et cueillent dans la forêt et ils pêchent le long des côtes. Contrairement à la tribu voisine des Jarawa, ils fabriquent des bateaux – des pirogues à balancier, décrites comme étant ‘trop étroites pour pouvoir y loger les deux jambes’. Ils ne peuvent être utilisés que dans les eaux peu profondes puisqu’ils sont manoeuvrés et propulsés à l’aide d’une perche comme le sont les barques.

Les Sentinelles vivraient en trois petits groupes. Ils possèdent deux types d’habitations; de longues maisons communautaires avec plusieurs foyers pour un certain nombre de familles, et des abris plus temporaires, ouverts sur les côtés, que l’on peut parfois apercevoir de la plage, avec assez d’espace pour accueillir une famille.

Les femmes portent des cordelettes en fibre végétale autour de leur taille, autour de leur cou et de leurs têtes. Les hommes portent aussi des colliers et des bandeaux ainsi qu’une ceinture plus épaisse à la taille. Ils transportent des lances, des arcs et des flèches.

© Survival International

Bien que les médias les aient décrits comme ‘vivant à l’âge de pierre’, ce n’est certainement pas le cas. Il n’y a aucune raison de penser que les Sentinelles auraient vécu de la même façon pendant les milliers d’années qu’ils ont passé sur les îles Andamans. Leur manière de vivre a dû changer et s’adapter à de nombreuses occasions, comme c’est le cas pour tous les peuples. Par exemple, ils utilisent aujourd’hui du métal qui s’est échoué sur leurs rivages ou qu’ils ont récupéré des naufrages de bateaux sur les coraux. Le fer est affûté et utilisé pour faire les pointes des flèches.

De ce qui a pu être observé à distance, les habitants de North Sentinel sont clairement en très bonne santé, alertes et vigoureux, contraste étonnant avec les tribus Onge et les Grands Andamanais auxquels le gouvernement britannique à tenté d’apporter la ‘civilisation’. Les personnes que l’on a aperçues sur les rivages de l’île ont l’air fiers, forts et en bonne santé et à plusieurs reprises des observateurs ont aperçu de nombreux enfants et des femmes enceintes.

© Christian Caron – Creative Commons A-NC-SA

Le gouvernement indien a fait plusieurs tentatives infructueuses pour établir un contact “amical” avec les Sentinelles. Tout contact avec ce groupe pourrait certainement avoir des conséquences tragiques étant donné que leur isolement les rend vulnérables face à des maladies contre lesquelles ils n’ont aucune immunité.

Suite à la campagne de Survival et d’organisations locales, le gouvernement a décidé que désormais il n’essaiera plus d’entrer en contact avec eux.

Survival exhorte les autorités des îles Andaman à appliquer strictement sa politique de cessation de tout contact avec les Sentinelles et à mettre un terme au braconnage autour de leur île.

Agissez maintenant pour aider Les Sentinelles

Le travail de Survival pour les Sentinelles consiste à faire pression sur l’Inde pour mettre un terme au braconnage illégal dans leurs eaux et à veiller à ce que les autorités appliquent leur politique de cessation de tout contact avec eux. Votre soutien est vital pour la survie de ce peuple non contacté. Vous pouvez nous aider de différentes manières.