Saviez-vous que 80% des zones les plus riches en biodiversité abritent des peuples autochtones ?

Bien avant que soit inventé le concept de "conservation“ ou de "protection de la nature“, les peuples autochtones ont développé des pratiques très efficaces pour maintenir la richesse de leur environnement. Ils respectent notamment des règles très strictes pour éviter la surchasse et préserver la biodiversité.

On affirme souvent à tort que leurs terres sont des espaces vierges. Les communautés autochtones en dépendent et les gèrent pourtant depuis des millénaires. Même les “régions sauvages” les plus célèbres du monde – y compris Yellowstone, l’Amazonie et le Serengeti – sont les terres ancestrales de millions de personnes autochtones, qui ont entretenu et protégé leurs milieux naturels sur de nombreuses générations.

Les peuples autochtones sont illégalement expulsés de ces terres au nom de la “protection de la nature”. Ils sont maintenant accusés de “braconnage” parce qu’ils chassent pour se nourrir. Et ils risquent des arrestations, des passages à tabac, la torture et la mort, tandis que la chasse à grande échelle est encouragée contre l’achat de permis. Leur vie et leurs terres sont détruites par l’industrie de la conservation, le tourisme et les grandes entreprises.

Au Cameroun, les membres du peuple baka qui osent pénétrer dans la forêt dont ils ont été exclus sont terrorisés par des brigades anti-braconnage financées par le WWF. En Inde, les villages tribaux sont expulsés des réserves de tigres, alors que le Département des forêts encourage la montée en flèche du tourisme.

Les grandes organisations de conservation sont complices de cette situation. Elles financent une conservation militarisée qui mène à la persécution de chasseurs-cueilleurs innocents, s’associent aux grandes entreprises qui volent des terres autochtones et mènent des projets qui entraînent des expulsions illégales.

Survival lutte contre ces abus. Nous savons que les peuples autochtones prennent soin de leur environnement mieux que quiconque.

Le temps est venu pour une nouvelle approche de la protection de la nature, une approche qui donne une place centrale aux peuples autochtones et qui reconnaisse qu’ils sont les meilleurs défenseurs de l’environnement et gardiens du monde naturel.

Ce serait l’avancée la plus significative de l’histoire vers une véritable protection de l’environnement.

Pour les peuples autochtones, pour la nature et pour l’avenir de toute l’humanité.

Il est temps de changer notre manière de protéger l’environnement.

Pour les peuples autochtones. Pour la nature. Pour l’humanité.

La protection de l’environnement doit prendre en compte la preuve grandissante que les peuples autochtones savent mieux que quiconque prendre soin de leur environnement. Les sommes considérables dépensées pour la conservation doivent être accordées à la solution la moins chère: garantir les droits territoriaux des peuples autochtones.

Comme le montrent les images satellites, les réserves autochtones constituent le principal rempart contre la déforestation de la forêt amazonienne au Brésil.
Comme le montrent les images satellites, les réserves autochtones constituent le principal rempart contre la déforestation de la forêt amazonienne au Brésil.

© Google Earth

Les Yanomami prennent soin d'une des plus grandes zones de forêt tropicale protégée au monde.
Les Yanomami prennent soin d'une des plus grandes zones de forêt tropicale protégée au monde.

© Fiona Watson/Survival

Les peuples autochtones ont besoin que des voix comme la vôtre s’élèvent pour se joindre à eux. Ils ont besoin de vous pour les aider. Ensemble, nous pouvons arrêter l’escroquerie de la conservation.



Comment pouvez-vous les aider ?

Voici ce que nous vous invitons à faire :

Rejoignez le mouvement :

Abonnez-vous à la newsletter!


Financez le mouvement :

Faites un don


Signez le manifeste

Leur terre, notre avenir


Les “Pygmées” baka risquent d’être arrêtés, frappés, torturés et tués par les gardes du parc qui les accusent de “braconnage” parce qu’ils chassent pour nourrir leurs familles. Les gardes sont financés par le WWF, qui joue aussi un rôle clé dans le vol des terres baka.

Ces abus ont lieu en dépit du fait que les Baka soient les experts de leur territoire. Ils ont des tabous concernant la surchasse et pourraient, si on ne les excluait pas, être les yeux et les oreilles de la forêt. Un homme baka nous a dit: “Nous savons où et quand les braconniers se trouvent dans la forêt, mais personne ne nous écoute.”

Dites au WWF d’arrêter de financer les abus contre les Baka et leurs voisins

Ils ont battu ma femme enceinte avec une machette. Un Baka, Cameroun

A travers l’Inde, la vie des peuples tribaux est détruite au nom de la protection des tigres. Les communautés qui, pendant des générations, ont coexisté avec des tigres sont à présent menacées et harcelées afin qu’elles abandonnent leurs terres. C’est illégal et des milliers de familles sont laissées dans une misère abjecte.

Les Baiga, qui ont été expulsés au nom de la conservation du tigre, ne le chassent pas, mais le considèrent plutôt comme leur “petit frère”. Certains ont mis en place leurs propres projets de conservation, établissant des règles pour que leur communauté et les personnes extérieures protègent leur forêt et sa biodiversité.

Prenez position contre les expulsions des réserves de tigres

Si nous ne pouvons pas rester, la jungle ne survivra pas. Un Baiga, Inde

Les peuples bushmen ont été expulsés de la réserve de chasse du Kalahari central au Botswana au nom de la “conservation”. Survival les a aidés à retourner sur leurs terres, mais une nouvelle menace signifie qu’ils sont à nouveau obligés de retourner dans les camps de relocalisation qu’ils appellent “lieux de mort”.

Les Bushmen savent mieux que quiconque protéger leur environnement. Comme l’a dit l’un d’eux : “Si vous allez dans ma région, vous trouverez des animaux, ce qui montre que je sais prendre soin d’eux. Dans d’autres endroits, il n’y a pas d’animaux.”

Boycottez le Botswana jusqu’à ce que le gouvernement respecte les droits des Bushmen

Partout où il y a des Bushmen, il y a du gibier. Pourquoi ? Parce que nous savons prendre soin des animaux. Un Bushman, Botswana

Pour en savoir plus

Vous avez des questions au sujet de notre campagne ? Notre rubrique Questions/Réponses vous explique tout ce que vous devez savoir sur les actions que mène Survival pour changer les l’approche actuelle de protection de la nature.

Pour vous documenter, jetez un œil à notre rapport “Les parcs ont besoin des peuples” (en anglais).

Lisez un article du directeur de Survival : “Le WWF et les chasseurs de trophées”

Découvrez les vingt et une choses que vous ignorez peut-être sur la protection de la nature.

Les chargés de campagne de Survival ont traité de ces problèmes dans une série d’articles (en anglais) :

“Wildlife Conservation Efforts Are Violating Tribal Peoples’ Rights”

“India’s indigenous evictions – the dark side of the Jungle Book”

“Conservation and the rights of tribal people must go hand in hand”

Vous pouvez aussi consulter nos articles concernant les thématiques liées à la protection de la nature :
Réfugiés de la conservation ; Gardiens ; La chasse ; Braconnage ; Zones protégées ; Le Code Bennett