Stoppez le génocide au Brésil

Le président Bolsonaro a « déclaré la guerre » aux peuples autochtones du Brésil

Le président Jair Bolsonaro essaie de faire marche arrière sur les droits autochtones. Il veut les dépouiller de leur autonomie, vendre leurs territoires pour l’exploitation forestière et minière, et les « assimiler » contre leur gré.

Il avait dit un jour : « Quel dommage que la cavalerie brésilienne ne se soit pas montrée aussi efficace que les Américains. Eux, ils ont exterminé leurs Indiens. » Sous son gouvernement, une zone de l’Amazonie de la taille d’un terrain de football est détruit toutes les minutes.

L’air que le président respire est-il différent de l’air que nous respirons ?

Reginaldo Apyawa

« Nous n’avons pas peur. » Manifestation de membres de peuples autochtones à Brasília (avril 2019)
© Sarah Shenker/Survival International

Aujourd’hui, le Brésil compte environ 305 peuples autochtones distincts, dont environ 100 peuples non contactés. À présent, ils sont tous en danger.

Survival International soutient les peuples autochtones du Brésil depuis 50 ans – pour leur survie, pour la protection de certains des territoires les plus riches en biodiversité sur Terre, pour le bien-être de notre planète et pour toute l’humanité.

Nous nous battons à leurs côtés pour défendre leur vie et leurs terres.
Vous pouvez dès maintenant rejoindre la lutte contre le génocide au Brésil.

Regardez et partagez les messages urgents des peuples autochtones et suivez #VoixAutochtone !

C’est sans doute l’un des pires moments pour les peuples autochtones depuis la dictature militaire.

Beto Marubo

À travers le Brésil, les peuples autochtones se défendent

© Sarah Shenker/Survival International

L’APIB, l’Association des peuples autochtones du Brésil, a déclaré : « Nous avons le droit d’exister. Nous ne reculerons pas. Nous dénoncerons ce gouvernement dans le monde entier. »

Les peuples autochtones du Brésil, leurs sympathisants et alliés, ainsi que Survival International, se défendent alors que le président complote pour voler leurs terres, détruire leur vie et les anéantir en tant que peuples.

La plus grande manifestation internationale jamais organisée pour les droits des peuples autochtones a eu lieu lors du premier mois en exercice de Bolsonaro, et l’impact de nos voix s’élevant ensemble s’est déjà fait ressentir.

Les peuples autochtones empêchent les tentatives de Bolsonaro de démanteler la FUNAI


Bolsonaro a essayé de paralyser la FUNAI, le département des affaires autochtones brésilien, et a pris des mesures pour faciliter l’exploitation par les entreprises agroalimentaires et les industries extractives des ressources se trouvant sur les territoires autochtones.

Le premier jour de son mandat :

Il a transféré la FUNAI du ministère de la Justice à son nouveau ministère des Femmes, de la Famille et des Droits humains, où la ministre Damares Alves – une pasteure évangélique dont le passé est marqué par le soutien de politiques anti-autochtones – aurait beaucoup d’influence sur les affaires autochtones.
Il a retiré la responsabilité de la démarcation des terres autochtones à la FUNAI et l’a donné au ministère de l’Agriculture. Le fonctionnaire du département chargé des questions territoriales est Nabhan Garcia, qui s’est battu contre les démarcations des territoires autochtones des décennies durant.

Mais Bolsonaro a échoué et ces mesures ont été invalidées par le Congrès en juin 2019.

C’est une grande victoire pour les peuples autochtones et leurs sympathisants qui soutiennent la lutte des peuples autochtones, à travers le lobbying et notre activisme depuis le début de ce gouvernement anti-autochtone.

Paulo Tupiniquim

© Fabio Nascimento / Mobilização Nacional Indígena

Les peuples autochtones empêchent l’abolition du Sesai


L’administration de Bolsonaro voulait mettre fin au système de santé autochtone, le Sesai.

Là encore, il a échoué. Des groupes autochtones ont protesté dans de nombreuses régions du pays, occupant des bâtiments publics et des autoroutes en soutien au Sesai.

Environ une semaine seulement après que la proposition ait été présentée pour la première fois, le gouvernement s’est rétracté et a déclaré que le système de santé autochtone ne serait pas aboli.

Manifestation de membres de peuples autochtones dans l’État de Maranhão © Mídia Índia

Des autochtones guarani protestent dans l’État du Mato Grosso do Sul
© CIMI

Nous résisterons. Si nous sommes les premiers à être attaqués, nous serons aussi les premiers à réagir.

Sonia Guajajara


Il est temps d’amplifier les voix autochtones, de s’exprimer et d’agir en solidarité.

Nous n’abandonnerons pas tant que les peuples autochtones ne seront pas respectés en tant que sociétés contemporaines ayant le contrôle de leur vie et de leurs terres, libres de déterminer leur propre avenir. .



Survival International compte à son actif 50 ans d’expérience forgée à travers des campagnes efficaces aux résultats positifs. Depuis 1969, nous avons mené avec succès plus de 50 campagnes au Brésil et des centaines d’autres à travers le monde, toujours en partenariat avec des peuples autochtones.

Nous avons empêché des compagnies forestières, minières et pétrolières de détruire les terres, la vie et les moyens de subsistance de peuples autochtones. Nous avons persuadé des gouvernements de reconnaître les droits autochtones. Nous continuons à documenter et à dénoncer les atrocités commises contre les membres de peuples autochtones et à prendre des mesures directes pour les arrêter. Avec votre aide, nous pouvons mettre fin à la guerre que mène Bolsonaro contre les peuples autochtones : pour les peuples autochtones, la nature et toute l’humanité.