Khanty

Comment vivent-ils ?

Ils sont semi-nomades comme la plupart des peuples pasteurs. Dans leur habitat traditionnel, la taïga de Sibérie occidentale, la température peut descendre à – 50° C et la végétation est maigre.

Traditionnellement les Khanty se déplacent avec leurs troupeaux, demeurant parfois dans des ‘chum’ (tentes en peau de renne) ou dans des maisons en rondins où le foyer est maintenu allumé en permanence pour garder la chaleur.

Les rondins sont rembourrés de mousse pour une meilleure isolation. Les Khanty dépendent largement des rennes qui leur fournissent une grande part de leur nourriture et de leurs matériaux.

Ils chassent aussi, pêchent et cueillent des baies et se procurent des produits de première nécessité grâce à la vente des rennes et des fourrures.

A quels problèmes sont-ils confrontés ?

Dans les années 1930, sous le régime soviétique, les Khanty furent persécutés : leurs enfants enlevés et placés dans des internats, leurs chamanes tués.

Aujourd’hui, ils sont menacés par les compagnies pétrolières. L’exploitation du pétrole sur leurs terres pollue leurs forêts et leurs lacs sacrés, tue les rennes et effraie le gibier.

Les compagnies se déplacent sans les consulter ou les trompent par de fausses promesses d’indemnités compensatrices. De nombreux Khanty ont été chassés de leurs terres et ont perdu tout leur troupeau.

Ils en sont réduits à vivre dans des ‘villages nationaux’ loin de leur territoire de chasse ancestral et sont devenus dépendants de l’administration et des compagnies pétrolières pour leur survie.

La campagne de Survival

Survival mène campagne pour que la loi fédérale russe reconnaisse leurs droits sur leurs terres, qu’ils soient également respectés par les compagnies pétrolières et que cessent les forages; que des compensations justes et totales soient payées à ceux qui ont déjà perdu leurs propres moyens d’existence.

Je veux agir

  • Cliquez ici pour faire un don à Survival
  • Cliquez ici pour adhérer à Survival
  • Cliquez ici pour écrire à votre député sur la situation des Khanty
  • Cliquez ici pour écrire à l’ambassade de Russie
  • Cliquez ici pour écrire au gouverneur du District autonome des Khanty-Mansi