Informations complémentaires

Zones protégées

‘Zones protégées’ or ‘parcs’ sont des formules passe-partout pour désigner des espaces terrestres ou marins protégés au nom de la protection de la nature.

Près de 13% des terres émergées de la planète sont des zones protégées qui représentent deux milliards d’hectares, soit près de deux fois la taille des Etats-Unis.

Un territoire ayant le statut de ‘zone protégée’ n’est pas forcément le lieu d’intenses activités conservatrices ; beaucoup de zones protégées n’existent qu’en théorie et sont connues comme des ‘parcs de papier’.

Ces différentes sortes de parcs ont diverses implications pour les peuples vivant dans ces régions. Certains d’entre eux sont ‘strictement protégés’, ce qui implique que leurs habitants en sont généralement expulsés. D’autres incorporent ‘l’usage durable’ des ressources dans la politique de gestion de la zone.

Pour les peuples indigènes, l’impact des réserves strictement protégées peut être catastrophique en ce sens qu’ils en sont expulsés et qu’ils ne peuvent plus accéder à leurs ressources. D’un autre côté, les zones d’usage durable peuvent aider les communautés indigènes à protéger leurs terres et leurs ressources des pressions extérieures (comme la déforestation, l’agriculture intensive ou l’exploitation minière).

Le système complexe de protection et de gestion des territoires des peuples indigènes est de plus en plus reconnu et valorisé par les spécialistes de l’environnement. Il existe maintenant des répertoires mondiaux des ‘zones protégées des communautés indigènes’ (ICCAs) qui comptent au moins autant de forêts protégées que les zones officielles de conservation, peut-être même le double.

Il est essentiel que ces zones protégées ne soient pas utilisées en violation des droits des communautés indigènes. Les zones protégées intégrant des territoires indigènes ne devraient être instaurées qu’avec le consentement libre et préalable des communautés concernées. Pour servir au mieux les intérêts des acteurs de la protection de la nature et les droits et besoins des peuples indigènes, les gouvernements et les organismes de protection environnementale doivent mutuellement œuvrer vers la reconnaissance des droits territoriaux des communautés indigènes concernées et les aider à protéger leurs territoires des menaces extérieures.

Suivez nos actualités

Flux RSS Survival

Par mail