Un barrage provoque une catastrophe humanitaire dans la vallée de l’Omo: Survival dénonce l'entreprise italienne Salini

Près d’un demi-million de personnes seraient réduites à la famine en raison du barrage que l’entreprise Salini a construit sur la rivière Omo.
Près d’un demi-million de personnes seraient réduites à la famine en raison du barrage que l’entreprise Salini a construit sur la rivière Omo.
© Magda Rakita/Survival

Survival International a dénoncé le géant italien de l’ingénierie Salini, à l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) pour la construction d’un barrage controversé. Il risque de priver des centaines de milliers de personnes de leurs moyens de subsistance en Ethiopie et au Kenya.

Le barrage a endigué les crues naturelles de la rivière Omo, dont 100 000 personnes dépendent pour irriguer leurs cultures et approvisionner leur bétail en eau. 100 000 autres personnes en dépendent également de manière indirecte. Selon des experts, ce barrage pourrait également faire disparaître le lac Turkana – le plus grand lac de désert au monde – ce qui serait catastrophique pour les 300 000 personnes vivant le long de ses rives.

Salini n’a pas cherché à obtenir le consentement des populations locales avant de construire le barrage, mais a déclaré qu’une ‘crue artificielle’ compenserait les communautés. Cependant, celles-ci attendent toujours la crue artificielle promise et des milliers de personnes sont désormais confrontées à la famine.

Les peuples autochtones de la vallée de l'Omo dépendent des crues naturelles pour irriguer leurs cultures et alimenter leur bétail
Les peuples autochtones de la vallée de l'Omo dépendent des crues naturelles pour irriguer leurs cultures et alimenter leur bétail

© Terry Hughes/Survival

La région, d’une biodiversité exceptionnelle, est l’un des sites les plus importants de l’évolution de l’humanité. Elle comprend aussi deux sites classés au patrimoine mondial de l’UNESCO et cinq parcs nationaux. Le responsable de l’agence de protection de la nature du Kenya a déclaré la semaine dernière que le barrage avait déclenché ‘l’une des pires catastrophes écologiques imaginables’.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré: ‘Salini a ignoré des preuves déterminantes, a fait de fausses promesses et a violé les droits humains de centaines de milliers de personnes. Des milliers sont maintenant confrontés à la famine car le plus grand entrepreneur italien en ingénierie, connu partout dans le monde, n’a pas jugé important de prendre en considération les droits humains. Les véritables conséquences des politiques dévastatrices du gouvernement éthiopien pour le soi-disant ‘développement’ de son pays – malheureusement soutenues par les agences d’aide humanitaire occidentales comme le DFID au Royaume-Uni ou l’USAID – sont pourtant évidentes. La spoliation des terres et la destruction massive de l’environnement ne représentent en rien le ‘progrès’. En réalité, cela équivaut à une condamnation à mort pour les communautés autochtones’.