Le Pérou adopte une loi approuvant les « routes de la mort » en Amazonie

Tomas a été contacté entre 2001 et 2003 et vit maintenant dans la région de l’Amazonie où est planifiée la construction de l'une des routes les plus meurtrières.
Tomas a été contacté entre 2001 et 2003 et vit maintenant dans la région de l’Amazonie où est planifiée la construction de l'une des routes les plus meurtrières.
© David Hill/Survival

Le Pérou a approuvé une loi qui pourrait dévaster plusieurs peuples isolés d’Amazonie.

La loi déclare « d’intérêt national » la construction de routes dans la région reculée d’Ucayali, qui se trouve à la frontière entre le Pérou et le Brésil.

Cette région fait partie de la Frontière de l’Amazonie isolée, où vit la plus grande concentration de peuples isolés de la planète.

Plusieurs routes traversant les terres de peuples isolés ont déjà été ouvertes illégalement. Des milliers de chercheurs d’or hors la loi opèrent dans la région et ont pollué des dizaines de rivières avec du mercure.

Si leurs terres ne sont pas protégées, les peuples isolés courent droit à la catastrophe. Les lois péruviennes et internationales reconnaissent pourtant leurs droits territoriaux.

La construction de routes en Amazonie résulte presque toujours en un afflux dévastateur de colons, de bûcherons et d’éleveurs.

Le pape François, prenant la parole lors d’un déplacement dans cette région quelques jours avant la promulgation de la loi, a déclaré : « Il n’y a jamais eu de plus grande menace contre les territoires des peuples autochtones. »

« Nous devons rompre avec le paradigme historique qui voit l’Amazonie comme une ressource inépuisable pour les autres pays, sans que ses habitants soient pris en compte. »

Survival appelle le gouvernement péruvien à renoncer aux projets de construction de routes à travers la Frontière de l’Amazonie isolée.