Nouvelles révélations : les gardes se trouvant au centre du scandale impliquant le WWF reçoivent des primes en cas d’arrestations

Des gardes financés par le WWF au Gabon

Des gardes financés par le WWF au Gabon

© WWF

Des preuves révélées par Survival International ont montré que des gardes forestiers soutenus par le WWF obtiendront des primes lorsqu’ils procèderont à des arrestations.

Le système de primes incite clairement les unités paramilitaires à arrêter autant de personnes que possible. La population locale a relaté d’innombrables arrestations arbitraires et de nombreuses autres exactions commises par des gardes forestiers dans la région.

Les paiements sont détaillés dans l’accord de financement signé entre l’UE et le WWF pour la création de l’aire protégée extrêmement controversée de Messok Dja au Congo.

L’accord de financement entre le WWF et l’UE prévoit des primes pour les gardes qui procèderont à des arrestations

L’accord de financement entre le WWF et l’UE prévoit des primes pour les gardes qui procèderont à des arrestations
© Survival

Il précise également que des primes seront versées aux informateurs pour tout renseignement conduisant à une arrestation.

Le WWF pousse le projet Messok Dja en dépit de la forte opposition du peuple baka, dont les terres sont réquisitionnées à cet effet. En droit international, de tels projets ne doivent pas être réalisés si les populations locales n’ont pas au préalable donné leur consentement à la proposition.

Un homme baka a déclaré à Survival : « Pour nous, cela ressemble à une guerre et notre forêt nous est maintenant fermée. Les gardes forestiers tuent des personnes pour de l’argent, c’est comme ça qu’ils augmentent leur salaire. »

Une importante enquête menée par Buzzfeed sur le WWF a révélé le mois dernier que le WWF « finance, équipe et travaille directement avec les forces paramilitaires accusées d’avoir frappé, torturé, agressé sexuellement, ainsi qu’assassiné de nombreuses personnes ».

Buzzfeed a également publié des documents internes montrant que le WWF savait depuis des années que les gardes étaient accusés de graves violations des droits humains, mais qu’il continuait à les financer.

Le WWF fait actuellement l’objet d’une enquête aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Allemagne.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : « Le système du WWF fonctionne de telle sorte que, pour chaque personne arrêtée, ses gardes forestiers sont davantage payés – et ce par les contribuables européens. Imaginez le tollé si cela s’appliquait aux agents de la force publique de l’UE ! Le maintien de l’ordre ne se pratique pas comme la vente de voitures et ne devrait pas fonctionner à la “commission”.

« Tous ceux qui ont étudié la question savent ce que les Baka et d’autres populations locales nous disent depuis des années : qu’ils sont constamment arrêtés — et régulièrement frappés, torturés voire pire. Maintenant nous savons qu’en réalité les gardes forestiers sont incités à les maltraiter.

« Il va sans dire que les vrais braconniers, en collaboration avec des gardes et des officiels corrompus, s’en tirent — comme d’habitude— en toute impunité. »