© Amanda Rocha/Survival

La victoire de Lula à l’élection présidentielle brésilienne est un moment crucial pour les peuples autochtones et leurs terres.

Nous espérons qu’elle permettra de mettre fin à l’assaut dévastateur et criminel de ces quatre dernières années, ce dont nous avons désespérément besoin. C’est une question de vie ou de mort pour les peuples autochtones du pays, et pour les peuples non contactés de l’Amazonie, cela pourrait faire la différence entre la survie et la destruction totale. 

Au cours des quatre dernières années, les peuples autochtones du Brésil ont subi le gouvernement le plus anti-autochtone depuis la dictature militaire. Lula a promis un changement de cap. Il s’est engagé à faire respecter les droits des Autochtones, à délimiter et à protéger les territoires autochtones et à mettre un terme à la guerre menée contre les peuples autochtones par le gouvernement Bolsonaro. Il a promis de prendre des mesures concrètes pour lutter contre les niveaux sans précédent de déforestation, le nombre croissant de meurtres de personnes autochtones et les attaques contre leurs communautés qui ont explosé en raison des politiques et des actions racistes et génocidaires du gouvernement Bolsonaro — toutes visant à ouvrir les territoires autochtones à l’agro-industrie, à l’exploitation forestière et minière.

Les engagements de Lula sont les bienvenus, mais nous ne nous attendons pas à un revirement du jour au lendemain. Son équipe devra déployer une volonté politique et des ressources considérables pour réparer les dommages profonds causés aux institutions chargées de protéger les territoires autochtones contre les envahisseurs. De nombreux politiciens anti-autochtones ont été nommés à des postes clés au Congrès, ce qui signifie que Lula et son équipe devront faire face à une opposition féroce aux tentatives visant à faire respecter la Constitution et à protéger les territoires autochtones pour l’usage exclusif des peuples autochtones. Les forces politiques et les marchés mondiaux qui alimentent le génocide des peuples autochtones du Brésil ne vont pas s’arrêter.

Les peuples autochtones, leurs alliés, dont Survival, et ses sympathisants dans le monde entier, demanderont des comptes au gouvernement de Lula. Nous ferons tout ce qu’il faut pour qu’il respecte le droit national et international, qu’il bloque les grands projets d’infrastructure qui ont un impact sur les terres des peuples autochtones sans leur consentement, et qu’il protège les territoires autochtones afin que ces derniers puissent survivre, prospérer et être respectés en tant que sociétés contemporaines. Les enjeux sont particulièrement élevés pour les peuples non contactés — les peuples les plus vulnérables de la planète.

Parmi un nombre sans précédent de candidats autochtones se présentant à des postes au Congrès, Sonia Guajajara et Célia Xakriaba ont été élues au Congrès. Elles constitueront une force importante pour placer les droits territoriaux autochtones au centre du débat politique à Brasília.

Et les Autochtones qui sont en première ligne *continueront à résister *à leur manière pour garantir un avenir sain à leurs familles et à leurs communautés, comme ils le font depuis que les Européens ont envahi et colonisé les Amériques il y a plus de 500 ans.

Partager

  • Facebook
  • WhatsApp
  • Copy