Les Nations unies condamnent le Botswana pour avoir expulsé les Bushmen

Le Comité des Nations unies pour l'élimination de la discrimination raciale a blâmé le gouvernement du Botswana pour avoir expulsé et harcelé les Bushmen gana et gwi.

Dans un rapport particulièrement sévère, rendu public vendredi dernier, le Comité exprime sa préoccupation face ‘aux persistantes allégations selon lesquelles [les Bushmen] ont été expulsés de force et en particulier à travers des mesures telles que l'arrêt des services vitaux dans la Réserve, le démantèlement des infrastructures existantes, la confiscation du bétail, le harcèlement et les mauvais traitements infligés à certains résidents par la police et les gardes forestiers, l'interdiction de la chasse ainsi que les restrictions de liberté de mouvement à l'intérieur de la Réserve'.

Le Comité des Nations unies exhorte le gouvernement du Botswana à : ‘porter une attention particulière au lien culturel étroit qui unit les San/Basarwa [Bushmen] à leur territoire ancestral ; protéger les activités économiques des San/Basarwa [Bushmen] représentant un élément essentiel de leur culture comme la chasse et la cueillette, qu'elles soit pratiquées de manière traditionnelle ou moderne ; étudier toutes les alternatives possibles à la relocalisation; et requérir l'accord préalable libre et informé des personnes et groupes concernés'.

Le Comité a également condamné la décision gouvernementale d'abroger les droits des Bushmen inscrits dans la Constitution, ce qui, selon lui, ‘pourrait infléchir le procès actuellement en cours intenté par certains résidents de la Réserve centrale du Kalahari contre le gouvernement pour contester leur expulsion'.


Pour plus d'informations
Magali Rubino
01 42 41 44 10
[email protected]