Des Indiens appellent au soutien de l’opinion internationale

Quatre Indiens, dont un homme récemment entré en contact avec le monde extérieur, se sont rendus à Asunción, la capitale du Paraguay, pour lancer un appel mondial en faveur des membres de leur famille vivant encore dans l’isolement et menacés par la destruction rapide de leur forêt.

Les forêts des Indiens sont détruites à coups de bulldozers par des compagnies brésiliennes qui opèrent en toute illégalité pour laisser place à l'élevage. Des photos satellite récentes ont révélé l'ampleur de la déforestation qui a plus que doublé depuis le mois de mai.

Esoi Chiquenoi, contacté en 2004, et dont une partie de la famille vit toujours dans l’isolement, a déclaré: "Je fais instamment appel aux autorités pour qu’elles empêchent la destruction de notre forêt. Ma famille y vit toujours. C’est là-bas que se trouvent nos maisons. De plus en plus de panneaux apparaissent sur nos terres pour nous en interdire l'accès. Nous sommes en train de perdre notre forêt."

Gabide Etacori, un autre membre de la délégation, a déclaré : "Les sauvages sont ceux qui détruisent la forêt. Nous sommes les seuls à connaître véritablement cette région – c’est là où se trouvent nos sites sacrés et les tombes de nos ancêtres. Pour nos familles la forêt est vitale, c’est elle qui les nourrit, si elle est détruite, elles mourront".

Les Indiens, qui appartiennent au groupe des Ayoreo-Totobiegosode, ont rencontré des représentants de plusieurs départements du gouvernement et d’autres organisations. Ils espèrent pouvoir exercer une pression suffisante sur les autorités pour empêcher la destruction illégale de leur forêt par les compagnies Yaguarete Porá SA, River Plate SA et BBC SA.

Les Ayoreo-Totobiegosode vivent dans le Chaco paraguayen, ils sont les derniers Indiens isolés du sud de l’Amazonie. On ne connaît pas le nombre de ceux d’entre eux qui vivent encore sans contact avec le monde extérieur.

Stephen Corry, directeur de Survival, a déclaré aujourd'hui: "Il s'agit d'une grande opportunité pour les Ayoreo-Totobiegosode de se faire entendre et de faire prendre conscience de la destruction de leur forêt et de la détresse de leurs familles encore non contactées. Le gouvernement paraguayen doit prendre d’urgence les mesures qui s’imposent, sinon les Indiens isolés disparaîtront."

Voir les photos satellite faisant apparaître l’ampleur de la déforestation du territoire totobiegosode de mai à octobre 2008

Jony Mazower, chargé de campagne de Survival, s’est récemment rendu chez les Totobiegosode. Il est disponible pour entretien.

Pour plus d’informations
Sophie Baillon 00 33 (0)1 42 41 44 10
[email protected]