L'Unesco appelle à la 'sauvegarde urgente' d'un rite de pêche amazonien

Le poisson représente une part essentielle du régime alimentaire des Enawene Nawe

Le poisson représente une part essentielle du régime alimentaire des Enawene Nawe
© Fiona Watson/Survival

Le rite de pêche d’une tribu amazonienne a été reconnu par l’Unesco comme l’un des trésors inestimables de l’humanité.

L’Unesco a inscrit le rite Yãkwa des Enawene Nawe sur la liste du ‘patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente’.

Les Enawene Nawe, qui vivent dans le sud de l’Amazonie brésilienne, pratiquent le Yãkwa chaque année, comme un échange de nourriture entre les humains et les esprits.

Les hommes et les garçons enawene nawe construisent des barrages de branchages finement tressés sur les rivières pour piéger les poissons, qui sont ensuite boucanés et transportés au village.

Lorsque les Indiens retournent de leurs campements de pêche, la nourriture est rituellement échangée avec le monde des esprits au cours de cérémonies complexes.

Ce rite est aujourd’hui menacé par la déforestation et la construction d’une série de barrages dans le bassin de la rivière Juruena, où est situé leur territoire, qui sont à l’origine de la réduction drastique du stock de poissons.

Les Indiens n’ont pas été convenablement consultés sur le projet de barrages.

Les Enawene Nawe rapportent que ces dernières années, en raison de la disparition des poissons, ils n’ont pu pratiquer leur rituel comme d’habitude.

Un Enawene Nawe a dit à un représentant de Survival : ‘Si les poissons tombent malades et meurent, il en sera de même pour les Enawene Nawe’.

Le poisson est l’aliment essentiel des Enawene Nawe, car ils ne consomment pas de viande rouge.

L’an dernier, le Yãkwa avait été officiellement reconnu par le ministère brésilien de la Culture comme faisant partie du patrimoine historique et culturel du Brésil.