Venezuela : assassinat d'un leader indien yukpa

Le leader yukpa Sabino Romero a été assassiné pour avoir mené campagne pour les droits territoriaux de son peuple.

Le leader yukpa Sabino Romero a été assassiné pour avoir mené campagne pour les droits territoriaux de son peuple.
© Homo et Natura

Sabino Romero, un important leader yukpa, a été assassiné le 3 mars dans la Sierra de Perijá, la région montagneuse de l’ouest du Venezuela, à la frontière colombienne.

Le bureau du procureur de la République vénézuélienne (Fiscalía General) a ouvert une enquête pour élucider le crime. Selon lui, Sabino Romero circulait sur une route de montagne, lorsque deux hommes à bord d’une moto se sont approchés de sa voiture et ont tiré des coups de feu à bout portant. Sa femme Lucía, qui voyageait avec lui, a été blessée.

Sabino était l’un des leaders yukpa les plus loyaux et avait courageusement mené campagne pour les droits territoriaux des Yukpa durant de nombreuses années.

Il était constamment menacé par les hommes de main des éleveurs qui occupent le territoire yukpa et qui s’opposent à leurs revendications.

En 2009, les autorités avaient détenu Sabino et un autre leader yukpa, Alexander Fernandez, dans une prison militaire pendant un an et demi, les accusant arbitrairement de meurtre et autres crimes.

Ils ont finalement été libérés en juin 2011, les procureurs n’ayant pas réuni les preuves suffisantes pour justifier ces accusations.

Malgré de nombreuses demandes de la part des Yukpa et un nombre croissant de violents conflits déclenchés par les éleveurs, les autorités ont échoué à apporter une protection aux portes-parole yukpa comme Sabino.

Zenaida, la fille de Sabino, s’est rendue en Europe en décembre dernier, à l’invitation de l’ONG LAMMP afin de rencontrer des représentants des Nations-Unies et des gouvernements européens.

Lors d’une rencontre avec un parlementaire britannique, elle a déclaré : ‘Nous n’avons pas besoin des compagnies minières sur notre territoire… Nous luttons depuis des années, principalement pour notre terre ancestrale. Nous voulons un territoire libre, celui de notre Terre Mère’.

Selon l’organisation vénézuélienne de droits de l’homme Provea, plusieurs Yukpa ont été assassinés ces cinq dernières années, mais aucun cas n’a fait l’objet d’une enquête sérieuse de la part des autorités. Le père de Sabino, José Manuel, avait été assassiné en 2009, probablement par un éleveur qui occupait le territoire yukpa.

Malgré les promesses publiques du président Chavez en 2009 selon lesquelles son gouvernement reconnaîtrait les droits territoriaux des Indiens de la Sierra de Perijá, aucune mesure n’a été prise pour résoudre ce conflit.

Survival a fait pression sur le gouvernement vénézuélien l’exhortant à prendre des mesures urgentes pour résoudre les conflits de la Sierra de Perijá et reconnaître les droits territoriaux des Yukpa.

Lusbi Portillo, de l’ONG locale Homo et Natura, qui a longtemps soutenu les Yukpa et qui s’oppose à l’exploitation du charbon dans les territoires indigènes de la Sierra de Perijá est aussi soumis à des menaces de mort.