Les Sámi s'opposent à une compagnie minière britannique

Les Sámi sopposent à lexploitation minière sur leurs terres.

Les Sámi sopposent à lexploitation minière sur leurs terres.

© Johan Sandberg McGuinne/Survival

La police suédoise a démantelé une manifestation organisée par les Sámi qui protestaient contre une mine de fer affectant une zone de pâturage de rennes dans la région du cercle arctique suédois.

Les Sámi et d’autres militants bloquent une route minière depuis début juillet. Ils ont empêché les ouvriers de la compagnie britannique Beowulf de forer et d’explorer sur leur territoire ancestral.

Apmut-Ivar Kuoljok, un éleveur de rennes âgé de 85 ans, a été le premier à avoir été expulsé de la manifestation. Ces dernières semaines, la répression policière a été violente : le barrage a été démantelé et des manifestants ont été arrêtés, mais le barrage a été reconstruit une fois la police partie.

Les manifestants ont également été victimes de discrimination de la part de la population locale qui les a menacés avec des haches. Selon le Parlement sámi : ‘La police a inutilement usé de la force, maltraitant les manifestants qui sont restés passifs et n’ont pas résisté’.

La police a arrêté plusieurs manifestants et a tenté de démanteler le barrage.

La police a arrêté plusieurs manifestants et a tenté de démanteler le barrage.

© Liz-Marie Nilsen/Survival

La compagnie britannique Beowulf et sa filiale suédoise Jokkmokk Iron Mines AB veulent effectuer des forages exploratoires dans un gisement de fer à Gállok, au-dessus du cercle arctique. La communauté sámi estime que le projet minier dévastera les pâturages de rennes. Ce territoire est utilisé par les communautés sámi de Sirges et de Jåhkågasska pour faire paître leurs rennes, une pratique spirituellement et culturellement vitale pour les Sámi.

Joannas Vannar, porte-parole sámi de la communauté de Sirges a déclaré : ‘Ce projet risque de mettre fin à notre peuple’.

Le Parlement sámi a exigé l’arrêt de toute exploitation minière sur les terres sámi sans leur consentement libre, préalable et éclairé. Le conflit a suscité la mobilisation accrue de l’opinion qui a lancé des appels au gouvernement suédois pour la reconnaissance des droits territoriaux sámi et la ratification de la Convention 169 de l’OIT, le seul instrument international contraignant relatif aux peuples indigènes et tribaux.

La population sámi est estimée à 80 000 en Suède, en Norvège, en Finlande et en Russie, dont 20 000 en Suède. Ils sont l’un des plus grands groupes indigènes d’Europe.