Victoire historique des Ogiek

Ogiek, Kenya

Ogiek, Kenya
© Survival

Après dix-huit ans de luttes, les tribunaux kenyans ont finalement tranché en faveur des Ogiek, l’une des dernières tribus de chasseurs-cueilleurs d’Afrique.

Il y a près de deux décennies, des centaines de familles ont été expulsées de leur territoire ancestral dans la forêt de Mau, la Cour a finalement reconnu qu’il s’agissait d’une violation de leur droit constitutionnel à la vie.

Cependant, cette décision éveille des inquiétudes. Le tribunal n’a pas reconnu les Ogiek en tant qu’habitants indigènes de la forêt de Mau et il n’a pas non plus assuré qu’ils pourront retourner sur leur territoire. Les Ogiek doivent à présent attendre la décision de la Commission territoriale nationale (National Land Commission).

Il est difficile de savoir dans quelle mesure cette décision sera respectée, le gouvernement kenyan ayant déjà ignoré plusieurs ordonnances judiciaires par le passé.

Le gouvernement a continué d’expulser violemment les Ogiek, en dépit de la décision provisoire de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples, la plus haute instance du continent en matière de droits de l’homme. Il a également enfreint une décision de la Haute Cour en expulsant la tribu voisine des Sengwer de leur terre, dans les collines de Cherangany.

Les autorités kenyanes ont déjà fait appel de cette décision, prétendant qu’il n’avait pas été démontré que les droits constitutionnels des Ogiek avaient été violés.

Pendant ce temps, le cas des Ogiek est examiné par la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples à Arusha. Le jugement a été reporté le mois dernier.