COP21 : Un incendie ravage le territoire d’une tribu isolée amazonienne

L’incendie menace de détruire complètement le territoire des Indiens awá isolés.
L’incendie menace de détruire complètement le territoire des Indiens awá isolés.

© Survival International

Des incendies font rage en Amazonie brésilienne, détruisant de vastes pans de forêt à l’est du ‘poumon de la terre’. Le départ de l’incendie coïncide avec le début de la COP21 et menace l’un des derniers peuples isolés du monde.

Il semblerait que les incendies aient été provoqués par des bûcherons illégaux, en représailles aux efforts déployés par les Indiens pour défendre leur territoire et en éloigner les envahisseurs. Ces incendies menacent les dernières régions de forêt pré-amazonienne au Brésil, environnement de ce type unique au monde.

Cette forêt est le territoire de la tribu awá, l’une des “sociétés les plus vulnérables de la planète”. Les Awá dépendent étroitement de leur territoire pour leur survie.

Les Awá, tout comme d’autres peuples indigènes à travers le monde, sont en première ligne du combat contre le changement climatique et la destruction des environnements naturels dans lesquels ils vivent. Ils sont les meilleurs gardiens de leurs forêts et le meilleur moyen de protéger l’Amazonie est de respecter leurs droits territoriaux.

Tatua’a, un porte-parole awá, a témoigné : ‘Aujourd’hui, je suis allé dans la forêt et il y avait de la fumée et de la poussière tout autour de moi… Le feu est partout et il est très proche de nos communautés… Nous avons besoin de l’aide du gouvernement… A nous seuls, nous ne pouvons maîtriser tous ces incendies car il y en a beaucoup! La forêt est riche en fruits et en gibier… et tout est en train d’être détruit! Nos rivières s’assèchent. Où irons-nous chasser? Où collecterons-nous du miel? Je suis très triste et très inquiet.’

De nombreux Awá n’ont aucun contact avec le monde extérieur et sont extrêmement vulnérables aux maladies et autres menaces apportées par des étrangers.
De nombreux Awá n’ont aucun contact avec le monde extérieur et sont extrêmement vulnérables aux maladies et autres menaces apportées par des étrangers.

© Fiona Watson/Survival

Environ une centaine d’Awá vivent dans l’isolement, ils n’ont aucun contact avec la société dominante brésilienne. Ils pourraient être décimés si les incendies ne sont pas maîtrisés, or les autorités brésiliennes n’ont pas pris de mesures efficaces et ont laissé les Awá et les tribus voisines seuls face aux incendies. L’année dernière, une campagne internationale menée par Survival a contraint le ministre de la Justice à envoyer des agents gouvernementaux sur le territoire central awá pour qu’ils expulsent les bûcherons illégaux. Aujourd’hui, le territoire awá n’est pas correctement protégé et les bûcherons illégaux l’envahissent de nouveau.

En octobre, les incendies ont détruit presque la moitié du territoire voisin d’Arariboia où vivent d’autres groupes d’Indiens awá isolés. On ignore si les deux incidents sont liés ou s’ils indiquent que les bûcherons sont en train d’adopter une nouvelle stratégie pour s’approprier des territoires indigènes.

Survival International, le mouvement mondial pour les droits des peuples indigènes, appelle le gouvernement brésilien à maîtriser l’incendie et à protéger le territoire awá. Dans la mesure où de nombreux chefs d’Etat se rassemblent à Paris pour la COP21, il est vital que les médias internationaux n’ignorent pas les catastrophes écologiques qui affectent aujourd’hui des sociétés parmi les plus vulnérables au monde.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré : ‘Cet incendie montre bien la raison pour laquelle la COP21 a besoin des voix indigènes. Pendant que les chefs d’Etat des pays industrialisés se rassemblent à Paris, des peuples indigènes subissent les véritables conséquences de la destruction de l’environnement. Le Brésil doit s’efforcer de protéger la forêt awá des bûcherons pyromanes. S’il ne le fait pas, l’un des peuples les plus menacés de la planète et l’environnement qu’il a conservé avec succès durant des générations seront détruits’.