Brésil : les autorités restent impassibles devant les incendies criminels qui menacent les Indiens

Au Brésil, les feux de forêt sont souvent déclenchés par des bûcherons dans le but de s'approprier un territoire et d'en expulser les Indiens qui y vivent.
Au Brésil, les feux de forêt sont souvent déclenchés par des bûcherons dans le but de s'approprier un territoire et d'en expulser les Indiens qui y vivent.

© Survival International

Des incendies – certainement provoqués par des gangs de bûcherons – font rage dans de vastes zones de l’Etat du Maranhão au Brésil. Malgré les appels de l’opinion publique internationale exhortant les autorités à protéger la forêt pré-amazonienne et les Indiens awá isolés, très peu de mesures ont été prises pour contenir les incendies.

Les incendies ont été déclenchés il y a deux semaines environ. Des Indiens awá, qui vivent dans la région, se sont efforcés de les éteindre, tout en découvrant que de nouveaux foyers se déclenchaient aux alentours. Ces circonstances indiquent clairement qu’il s’agit d’incendies criminels, plutôt que d’incendies naturels qui surviennent pendant la saison sèche. On sait que dans d’autres régions du Brésil, des bûcherons ont déclenché des incendies pour tenter de forcer des Indiens à quitter leurs territoires.

Cet incendie fait suite à un autre qui a eu lieu le mois dernier dans la région d’Arariboia et qui a été maîtrisé longtemps après son départ. Il aurait été déclenché par des bûcherons sur le territoire où vit un groupe d’Awá isolés.

Un Awá a déclaré : ‘Qu’allons-nous faire sans nourriture et sans forêt? Le feu détruit nos animaux et nous sommes très inquiets. Les bûcherons sont en train d’incendier notre forêt – nous avons vu des bûcherons armés! Nous essayons d’éteindre les feux quelque part et ils redémarrent dans un autre endroit’.

De nombreux Awá dans la région n’ont aucun contact avec le monde extérieur et sont très vulnérables aux menaces extérieures telles que les maladies.
De nombreux Awá dans la région n’ont aucun contact avec le monde extérieur et sont très vulnérables aux menaces extérieures telles que les maladies.
© Domenico Pugliese/Survival

Les autorités de l’Etat du Maranhão n’ont pris que très peu de mesures pour sauver la forêt et les Awá. Cette attitude conforme à celle qu’elles ont eu par le passé à l’égard des Indiens, résulte probablement des relations privilégiées qu’entretiennent les fonctionnaires des gouvernements local et régional avec la puissante mafia de l’exploitation forestière.

Dans le discours qu’il a prononcé il y a quelques mois devant les éleveurs, le député de l’Etat du Maranhão, Fernando Furtado, a qualifié les Indiens d’Amazonie de ‘bande d’homosexuels’ et a déclaré qu’ils devraient mourir de faim. De tels comportements racistes ne sont pas rares chez les politiciens brésiliens.

Survival International, le mouvement mondial pour les droits des peuples indigènes, appelle les autorités brésiliennes à prendre davantage de mesures pour sauver les Awá des incendies et à les soutenir dans leurs efforts pour protéger les forêts tropicales. Les peuples indigènes sont les meilleurs défenseurs de l’environnement et les gardiens du monde naturel, mais lorsqu’ils sont abandonnés ou ignorés par ceux qui détiennent le pouvoir, ils n’ont que peu de chance de sauver leurs vies ou leur environnement naturel de la destruction.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré : ‘Cet incendie est, comme d’habitude, l’affaire de la mafia des bûcherons illégaux qui est endémique dans le Maranhão. Tant qu’il y aura des individus portés par de puissants intérêts et déterminés à chasser les peuples indigènes de leurs terres ancestrales et à ignorer leurs droits dans le but d’exploiter l’Amazonie, de telles catastrophes continueront à se produire. Survival fait tout ce qui est en son pouvoir pour faire connaître la situation des Awá auprès de l’opinion publique et fait pression pour que des mesures efficaces soient prises pour éteindre ces incendies’.