Visite de hauts fonctionnaires dans les îles Andaman

Un groupe de hauts fonctionnaires s'est rendu vendredi dernier dans les îles Andaman, après que la nouvelle d'une épidémie qui frappe la tribu isolée des Jarawa ait été divulguée. Un grand nombre d'enfants jarawa ont été hospitalisés pour cause de pneumonies et de problèmes ophtalmologiques, deux effets secondaires fréquents de la rougeole. Les enfants sont maintenant retournés dans leur forêt.

Le comité composé de hauts fonctionnaires, créé cette année par le gouvernement pour décider de l'avenir des Jarawa, s'est rendu dans la réserve et a rencontré plusieurs des membres de la tribu.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré hier : « La visite du gouvernement advient à point nommé. Jamais la nécessité de protéger les Jarawa et leur territoires n'a été aussi urgente. L'Inde doit se conformer à ses propres lois et empêcher une autre tribu de disparaître ».

Selon les groupes de soutien aux Jarawa, plusieurs enfants jarawa étaient hospitalisés après avoir contracté la rougeole. Les autorités locales démentent toute résurgence récente de la rougeole parmi les Jarawa et ont déclaré que plusieurs d'entre eux souffraient ‘d'inflammation'. Lorsque 108 Jarawa avaient contracté la rougeole en 1999, les mêmes autorités avaient nié toute infection de ce type au sein de la tribu avant d'être contraintes de reconnaître les faits après plusieurs semaines, suite au diagnostic de médecins locaux.

De nombreux peuples indigènes ont été anéantis par la rougeole. Au XIXe siècle, elle a tué au moins la moitié des Grands Andamanais qui vivaient sur une île voisine et toute la population d'une autre île. La tribu, autrefois forte de 5 000 membres, n'en compte plus aujourd'hui que 41.

L'invasion de leur territoire par des colons indiens menace de plus en plus la survie des Jarawa. Les colons s'introduisent dans la réserve par la côte ou la route et exposent les Jarawa à de nouvelles maladies, abusent sexuellement des femmes et introduisent de l'alcool. En 2002, la Cour suprême a ordonné la fermeture de la route traversant illégalement leur forêt, mais les autorités ne tiennent pas compte de cette interdiction, non seulement en laissant la route ouverte, mais également en la prolongeant. Survival a à plusieurs reprises mis les autorités en garde du risque que cela représentait pour les Jarawa exposés a des maladies qui pourraient leur être fatales.


Pour plus d'informations
Magali Rubino
00 33 (0)1 42 41 44 10
[email protected]