Décision imminente de l’Église d’Angleterre sur les abus de Vedanta Resources

De nombreuses manifestations ont déjà eu lieu contre le projet minier de Vedanta.
De nombreuses manifestations ont déjà eu lieu contre le projet minier de Vedanta.
© Survival

L’Eglise d’Angleterre se réunira cette semaine pour prendre une décision sur ses parts d’investissement de 2,5 millions de livres (environ 2,9 millions d’euros) dans la compagnie minière britannique Vedanta Resources.

Le comité d’éthique d’investissement de l’Eglise se réunira pour décider soit de recommander la vente de ses parts de Vedanta Resources soit de les conserver en ‘poursuivant le dialogue’ avec la compagnie.

Le gouvernement britannique a déjà dénoncé ce projet d’exploitation de minerai d’aluminium dans les collines de l’Orissa, en Inde, qui ignore les droits des Dongria Kondh et bafoue le droit international. Mais le gouvernement, qui a ouvert une enquête sur Vedanta Resources à la suite d’une plainte de Survival International, n’a pas le pouvoir d’arrêter la compagnie.

En novembre dernier, un représentant de l’Eglise, a visité la région où la mine doit être implantée et où Vedanta a déjà construit une raffinerie d’aluminium. Au cours de sa visite, il a rencontré des gens qui ont pratiquement tout perdu à cause de la raffinerie et il a pu se rendre compte des risques qu’encourent les Dongria Kondh qui seront lourdement affectés par la mine.

Les Dongria Kondh n’ont jamais été formellement consultés sur la mine qui va détruire leur montagne sacrée et anéantir leurs forêts. Lorsque des représentants de Survival ont rendu visite à la tribu en décembre 2009, ils ont découvert que certains Dongria n’avaient aucune idée de l’endroit où la mine serait implantée et que les agents de Vedanta ne les avaient jamais informés de son impact potentiel sur leur vie et leurs terres.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : ‘Si l’Église d’Angleterre décide maintenant de conserver ses parts dans la compagnie, elle le fera en toute conscience que les droits des Dongria Kondh sont sur le point d’être bafoués. Le gouvernement britannique a déjà prévenu Vedanta que son projet était inacceptable, mais la compagnie l’a ignoré – il est malheureusement évident que des paroles non suivies d’action sont dénuées de sens. L’Eglise doit réagir et prendre la décision de revendre ses parts de Vedanta Resources’.