Les safaris humains sapent la volonté des Nations unies de rapprocher les cultures

Un tract appelant au boycott dun ‘parc à safari humain est distribué aux touristes visitant les îles Andaman.

Un tract appelant au boycott dun ‘parc à safari humain est distribué aux touristes visitant les îles Andaman.
© SEARCH/Survival

Selon les Nations unies, le voyage et le tourisme ont le pouvoir de rapprocher les cultures et ‘d’œuvrer pour la paix dans le monde’. Au moment même où se célèbre la 32ème Journée mondiale du tourisme, on apprend qu’une femme indigène a été sexuellement agressée dans les îles Andaman en Inde, l’une des destinations touristiques les plus prisées pour ses splendides plages exotiques.

La victime de cette agression est une femme de la tribu jarawa. La police a arrêté deux suspects.

Mais le tourisme peut être extrêmement destructeur pour les peuples indigènes – en particulier pour ceux qui ont été récemment contactés – lorsqu’il dégénère en safaris humains organisés par des tour-opérateurs peu scrupuleux.

Les Jarawa ont résisté au contact avec le monde extérieur jusqu’en 1998, malgré une route qui a été construite en plein cœur de leur réserve. Survival International a appelé le gouvernement indien à fermer cette route illégale.

Deux Jarawa se reposent sur une plage des îles Andaman.

Deux Jarawa se reposent sur une plage des îles Andaman.
© Salomé/Survival

Certains tour-opérateurs traitent les Jarawa comme des animaux, encourageant les touristes qui empruntent la route illégale à leur jeter des biscuits et des bonbons depuis leurs véhicules.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : ‘Les Nations unies conçoivent la Journée mondiale du tourisme comme l’occasion de promouvoir compréhension et tolérance entre les peuples et les cultures. Maintenir la route illégale qui traverse le territoire jarawa contredit ce message en menaçant la santé et le bien-être de toute une tribu. Une route alternative doit être construite’.

En collaboration avec l’ONG andamane Search, Survival fait actuellement pression sur le gouvernement indien pour qu’une nouvelle route soit construite à l’écart de la réserve des Jarawa.

Des tracts appelant au boycott touristique de la route ont été distribués dans l’aéroport de l’île pour coïncider avec la Journée mondiale du tourisme. Quatre tour-opérateurs sur cinq ont déjà manifesté leur soutien au boycott.