Des tentatives de manipulation des Jarawa mises en échec par des arrestations

Une femme jarawa revient de la cueillette aux abords de la forêt de sa tribu. Les Jarawa dépendent de la chasse et de la cueillette pour survivre.
Une femme jarawa revient de la cueillette aux abords de la forêt de sa tribu. Les Jarawa dépendent de la chasse et de la cueillette pour survivre.
© Survival

Dans les îles Andaman, en Inde, des tentatives de manipulation des Jarawa de la part de braconniers se sont retournées contre ces derniers grâce à une action rapide des autorités. Cinq braconniers ont été arrêtés et risquent jusqu’à sept ans d’emprisonnement.

Le 3 octobre dernier, un article publié dans la presse locale révélait qu’un groupe de dix Jarawa avait quitté la forêt pour solliciter une rencontre avec le gouverneur adjoint de l’archipel. Ils auraient demandé des outils en fer et de la nourriture, prétendant qu’ils avaient faim parce que les autorités ne leur procurait pas d’aliments. Ils auraient déclaré : ‘Nous voulons que nos enfants étudient à l’école, comme les enfants des Onge. Nous aussi voulons devenir riches’.

Pour beaucoup, ces demandes sonnaient faux dans la mesure où les chasseurs-cueilleurs jarawa n’ont montré aucune volonté d’intégrer le courant dominant. La motivation cachée est devenue plus claire lorsqu’un leader local, qui avait initialement alerté les médias au sujet de cette histoire, a déclaré à Andaman Chronicle : ‘Ils veulent s’intégrer à la société dominante… Il y a tant d’îles inhabitées. Pourquoi l’administration ne les installe-t-elle pas sur l’une d’entre elles ? Ainsi les colons pourront aussi vivre en paix’.

L’administration a réagi rapidement et le lendemain une équipe a été envoyée sur place pour enquêter. Elle a constaté que cinq personnes, qui pratiqueraient le braconnage depuis longtemps dans la forêt des Jarawa, s’étaient introduites dans la réserve de la tribu et auraient incité les Jarawa à formuler ces demandes. Les autorités ont également rapporté que les suspects leur avaient fourni de l’alcool.

Les cinq personnes ont été arrêtées et accusées d’avoir enfreint la réglementation qui protège la tribu et ses terres. Ils encourent une peine de prison pouvant aller jusqu’à sept ans d’emprisonnement.

Le vol d’animaux sur lesquels les Jarawa comptent pour se nourrir est une réelle menace pour l’existence même de la tribu. L’introduction de boissons alcoolisées chez les Jarawa est aussi extrêmement dangereuse. Elle pourrait provoquer une dépendance extrême, non seulement à l’alcool, mais aussi aux personnes de l’extérieur qui leur en fournissent. Cette addiction priverait les Jarawa de leur auto-suffisance – alors qu’ils vivent sur l’archipel depuis plus de 55 000 ans.

Survival appelle depuis longtemps à davantage d’action contre les braconniers illégaux qui constituent une sérieuse menace pour la tribu. Stephen Corry, directeur de Survival, a accueilli avec satisfaction l’action rapide des autorités andamanes et le message que cela envoie aux autres envahisseurs de la forêt des Jarawa.