Robert Redford 'se réjouit' de l'achat d'objets sacrés hopi par une fondation américaine

En juillet dernier, Pierre Servan-Schreiber et Jean-Patrick Razon de Survival International (France) ont restitué un katsina aux Hopi.

En juillet dernier, Pierre Servan-Schreiber et Jean-Patrick Razon de Survival International (France) ont restitué un katsina aux Hopi.

© Survival

Les Hopi d’Arizona ont accueilli avec joie la nouvelle que 21 katsinam mis aux enchères à l’hôtel Drouot contre leur volonté ont été achetés par la Fondation américaine Annenberg dans le but de les leur restituer. L’acteur Robert Redford s’en est ‘réjouit’.

Une démarche privée tentée auprès des commissaires-priseurs par Survival et l’ambassade des Etats-Unis à Paris ainsi qu’un recours au tribunal introduit par Me Servan-Schreiber au nom des Hopi et de Survival, n’avaient pas réussi à empêcher la vente.

Dans un communiqué publié par la Fondation Annenberg, Gregory Annenberg Weingarten a déclaré : ‘Ces objets ne sont pas de banals trophées à poser sur une cheminée, ce sont vraiment des objets sacrés pour les Amérindiens. Savoir qu’ils retourneront bientôt auprès de leurs propriétaires légitimes – les Amérindiens – m’emplit d’une immense satisfaction’.

Sam Tenakhongva, un prêtre katsina hopi, déclare dans le communiqué de la Fondation Annenberg : ’C’est un grand jour, non seulement pour le peuple hopi, mais pour la communauté internationale dans son ensemble. La Fondation Annenberg a donné aujourd’hui une sage leçon sur la façon d’agir convenablement. Notre espoir est que cet acte serve d’exemple à d’autres pour qu’à l’avenir la prise en charge d’objets d’une importante valeur culturelle et religieuse soit réservée à ceux qui en sont investis de par leurs savoirs et leurs responsabilités propres. Ils ne peuvent tout simplement pas être mis en vente’.

Bo Lomahquahu, étudiant hopi, et le directeur de Survival International (France) participent à la manifestation devant la salle de vente aux enchères de 70 katsinam en avril 2013.

Bo Lomahquahu, étudiant hopi, et le directeur de Survival International (France) participent à la manifestation devant la salle de vente aux enchères de 70 katsinam en avril 2013.

© Survival

Dans la frénésie médiatique qui a entouré cette vente aux enchères controversée, les Hopi ont lancé un appel pressant aux médias nationaux et internationaux pour qu’ils ne montrent pas les images de leurs katsinam sacrés. Toute représentation publique des katsinam, y compris dans la presse, la télévision ou sur internet, est considérée par les Hopi comme un acte profondément offensant et irrespectueux.

En avril dernier, une vente aux enchères similaire avait également eu lieu après l’échec d’"une action en justice intentée par les Hopi et Survival":https://www.survivalfrance.org/actu/9129. Me Pierre Servan-Schreiber, de Skadden, Arps, qui les représentait pro bono, avait alors acquis un katsina qu’il a restitué aux Hopi en juillet dernier.

L’acteur Robert Redford, qui avait manifesté son indignation lors de la vente d’avril dernier, a déclaré aujourd’hui : ‘Je suis profondément bouleversé par le fait que la maison de vente aux enchères EVE ait maintenu la vente des objets sacrés hopi contre leur volonté et contre celle de l’ambassade des États-Unis et de Survival International. Il est temps que le gouvernement français intervienne pour prévenir toute vente future – qui cause une immense douleur au peuple hopi. Je me réjouis que la Fondation Annenberg ait honorablement agi en achetant ces objets sacrés afin de les retourner aux Hopi’.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : ‘Nous sommes heureux que grâce à la générosité de la Fondation Annenberg ces objets puissent être restitués à leurs propriétaires légitimes. Il est clair pour quiconque ayant été impliqué dans cette affaire que cette nouvelle vente a ravivé la douleur des Hopi. Pour nous, le principe fondamental a toujours été que les Hopi soient traités avec dignité et respect’.